ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Huitième semaine, peur et confusion

infographie-visactu-1583448090.jpg

 

Ils ont peur, déjà condamnés par l’opinion publique, ils ont la trouille de se retrouver devant les tribunaux, leur angoisse est visible, palpable, ils se trahissent dans leur propos.  

 

Alors, ils surenchérissent maniant la répression avant l’action, étendant le pouvoir de verbaliser à n’importe qui et ils inventent des règles toutes aussi contestables les unes que les autres. Plages fermées mais parcs ouverts, déplacements autorisés de zone verte à zone rouge et vis-versa, mais 100 km seulement entre départements ou entre régions vertes qui représentent la majorité du territoire français et ce, sans tenir compte de la nécessité de recréer des liens familiaux distendus.

 

La politique du n’importe comment pour faire n’importe quoi s’illustre par une carte dont la synthèse est source d’erreurs et ne mène à rien, sinon à créer des zones intermédiaires dont personne ne comprend l’utilité. L’ouverture des écoles sous la responsabilité des maires serait destinée à éviter le décrochage scolaire, alors que l’on sait que les premiers qui rejoindront l’école seront les bons élèves.

 

Chaque jour qui passe, ils rajoutent des usines à gaz sans doute dans le but de vouloir bien faire, mais l’enfer n’est pavé que de bonnes intentions.  

Ils ont la trouille, donc ils inventent une seconde vague, une reprise des contaminations, alors qu’ils n’ont aucun instrument fiable pour étayer leurs hypothèses sinon celles basées sur des modèles mathématiques et statistiques tout autant sujet à caution que leur incommensurable assurance à agiter nos peurs.

 

La confusion règne, le citoyen est en droit de se demander qui dirige au plus haut niveau. Les médecins  révèlent leurs ignorances et leurs querelles incessantes de chapelles, eux qui ne savent pas grand-chose mais qui ont un avis sur tout et les politiques qui auraient un avis sur rien mais tout en se réfugiant derrière l’ignorance des « sachants » qui ignorent tout !

 

La communication est à la hauteur, personne ne sait qui est aux commandes, qui dirige.

La technocratie a pris le pas sur le bon sens, l’infantilisation de la population à pris le pas  sur la responsabilisation des citoyens, cela n’est pas nouveau ! Mais ce qui est nouveau, c’est l’ingérence de l’état à propos des libertés fondamentales et ce qui va avec le totalitarisme des décisions.

 

À cet égard, la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 24 juillet décidée par le conseil des ministres donne un blanc-seing sans limite sous prétexte de lutte contre l’épidémie. Objectivement celle-ci n’est pas à un niveau tel qu’il faille pour ce faire continuer à détruire notre économie.

 

Le confinement a été nécessaire, cela a donné des résultats, mais deux mois cela suffit et désormais le déconfinement doit s’imposer, avec intelligence et souplesse.

Les grandes surfaces vont vendre des masques, très bien, elles pallient l’incurie d’un gouvernement qui a tari les ressources en faisant des réquisitions à contre-temps.

L’Allemagne qui a laissé plus d’initiative et dont le système est plus souple grâce aux Landers a laissé l’initiative aux acteurs locaux. Le résultat est à la hauteur, plus de 6000 morts en Allemagne, plus de 24000 en France. Notre jacobinisme dévoyé par les excès d’une administration omniprésente qui pense que sa survie dépend du nombre de notes et de réglementation pondues, paralyse les initiatives et tarie les énergies.

La confusion règne à tous les étages, la pantalonnade à propose des masques et du dépistage continue, ils n’ont même pas la décence de reconnaitre leur incompétence, alors, ils communiquent maladroitement, en nous rendant responsable de l’éventualité d’une non sortie du confinement.

 

Tout est sujet à retard, laxisme à la française, c’est à dire à géométrie variable, on laisse tranquille certaines banlieues, on ferme les yeux sur les rassemblements familiaux conséquence du ramadan, mais on interdit les messes dans nos églises, alors que singulièrement les espaces y sont facilement aménageables et les règles de distanciation sociale sont facilement applicables.

 

Cependant on a fait d’une manière éhontée la chasse aux petits contrevenants dans des zones sans aucun risque. Cela démontre, si nécessaire, que le fait d’établir des règlements à l’emporte-pièce ouvre la voie à tous les excès de zèle et au manque de discernement qui va avec. Le discernement n’est plus dans l’ADN de nos pandores surtout lorsque que les préfets confondent autorité de l’état et état d’autorité.

 

Ils ont peur, et ils ont raison. À leurs décharge, je dirais, que leur tâche n’est pas facile et que d’autres n’auraient peut-être pas mieux fait. Mais notre président devrait comprendre que diriger un pays c’est décider, le chef de guerre sait que parfois pour emporter la victoire, il faut miser gros et prendre des risques, la lâcheté semble avoir envahi notre monde.

 

Les générations précédentes dont je suis, avaient probablement autant de connaissances mais aussi un certain courage et du bon sens, celui qui fait tant défaut aujourd’hui.

 

Alors que diable, prenez vos responsabilités et cessez de vous réfugier derrière celles des autres.

 

« Mais ce ne serait rien que de remédier provisoirement, tant bien que mal, à un état de choses désastreux si nous ne nous décidions pas à en finir avec la cause profonde de nos épreuves. »

 

Cette phrase prononcée le 1° juin 1958 par de Gaulle lors de son discours d’investiture, montre bien le gouffre qui existe entre nos dirigeants d’aujourd’hui et ceux du passé, dont de Gaulle est un exemple.

 

Car il est urgent de s’attaquer à la cause profonde de nos faiblesses et nous les connaissons.

 

La pire est donc à venir, car nos dirigeants d’aujourd’hui sont des nains à côté de ceux qui nous ont montré la voie hier. Une fois cette crise résolue tout sera différent tout en étant pareil, nos libertés en moins.  

 

Roland Pietrini



03/05/2020
39 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1104 autres membres