ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Le Rafale knock down en Suisse

L’équipe RAFALE a pris bonne note du choix des Autorités suisses pour l’acquisition de leurs futurs avions de combat. Elle regrette que le Conseil Fédéral, comme il l’a officiellement exprimé, ait « sciemment décidé de ne pas positionner la Suisse au plus haut niveau européen s’agissant des performances des nouveaux avions de combat ».

 

Cette nouvelle, alors que le Rafale avait la préférence des autorités militaire helvétique, n’est finalement pas si surprenante que cela. L’étroitesse du marché, une douzaine d’appareil, le prix du Rafale deux fois plus élevé que son concurrent,  et les besoins réels de l’armée helvétique qui compte tenu de son absence d’engagement passé, actuel et futur, n’a pas besoin d’un avion avec une allonge et une polyvalence  exceptionnelles, démontre que l’avion était inadapté au marché. Le Mirage 2000-5 ou 9 paraît plus approprié, mais la décision d’en arrêter la production, soi-disant pour favoriser la vente du Rafale, est une erreur que l’on paye cher.  Alors que nombre de forces dans le monde ont encore besoin d’un mono réacteur performant et de prix compétitif, et sur ce plan là la famille Mirage avait encore son mot à dire. La Suisse, c’est un fait,  avait besoin surtout d’un intercepteur. Ce qui est plus surprenant c’est que RUAG le groupe suisse aurait décroché une commande de Thales pour la production d’un groupe d’assemblage du radar RBE2 de l’avion de combat français le Rafale, d’un montant de CHF 5,5 millions.. Cette nouvelle datant de mars 2010, si elle était confirmée démontrerait un certain marché de dupe.. Quid donc de cette information ?



03/12/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 907 autres membres