République et démocrature... Lettre aux Messieurs qu’on nomme grands. - Défense actualités geopolitique

ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

République et démocrature... Lettre aux Messieurs qu’on nomme grands.

 

carburant.JPG

 

Populisme ou réalité?

Messieurs,

 

De non-dits en mensonges, de mensonges en dissimulations, la République a trahi la confiance du peuple. Quand la République devient l’ombre de ce qu’elle fut, alors elle devient une dictature. Si les mots ont encore un sens, nous ne sommes ni dans une démocratie, ni dans une dictature, mais dans une sorte de « démocrature ». Une illusion de démocratie où,  le peuple n’est représenté que par un ersatz de représentation.  Fervent défenseur de la V° république, jusqu’à Pompidou, je suis passé,  comme beaucoup de Français, par le doute, puis par la réflexion.  Il me semble peu à peu que je dérive vers une forme de révolte.

 

Notre système politique est à bout de souffle et le « populisme »,  comme ils l’appellent,  représente pour les uns,  un danger, pour les autres un espoir.

 

Un danger pour l’establishment, pour cette oligarchie qui ne représente plus qu’elle-même et qui a échoué en nousfaisant basculer dans la dictocratie.

 

Lorsqu’on impose d’en haut des mesures qui vont à l’encontre des intérêts des plus faibles,  lorsqu’on se demande pourquoi le bon peuple n’arrive plus à joindre les deux bouts et qu’on lui demande de se serrer la ceinture en le culpabilisant, nous sommes en dictocratie.  

 

Lorsqu’on privilégie une caste et qu’en même temps on demande un effort supplémentaire aux retraités,  lorsqu’on tient devant ce bon peuple des discours calibrés fait d’embrouillamini et d’éléments de langage en se moquant de sa réaction, lorsqu’on devient sourd aux mises en garde, lorsqu’on se demande pourquoi ces gens-là,  faute de pain,  ne mangent pas de la brioche, on creuse son échec et on réunit tous les ingrédients pour  faire monter un mouvement de colère venu de la « chienlit » que nous sommes,  au risque que celui-ci  ne se transforme en révolution.    

 

Cette révolution est probablement en marche, qu’elle forme prendra-t-elle,  nul ne le sait ?

 

Mais la colère monte,  la détérioration des services de l’Etat, le dilettantisme coupable envers la montée des périls de l’islamisme rampant et de l’incivisme, avec son cortège de violences venues et à venir, la baisse du pouvoir d’achat réel, la montée des taxes inutiles et justifiées par une argumentation mensongère et culpabilisante mènent à la déliquescence  des classes moyennes, à l’affaiblissement des plus faibles.  

 

Jamais il n’y eut dans notre pays un tel effort pour faire de l’injustice une méthode de gouvernance, pour diviser les catégories de Français. Ils risquent d’apprendre à leur dépend que  la douce illusion de la passivité du peuple n’est que l’illusion de leur propre appréhension de la réalité.

 

Si vous ne pouvez acheter du pain, mangez de la brioche ! Si vous ne pouvez faire le plein de carburant, achetez une voiture électrique ou roulez en trottinette ou prenez le métro ! Si vous ne pouvez joindre les deux bouts, faites un effort ! La réponse pourrait être, si vous êtes incapables de comprendre, cassez-vous ! C’est cela le populisme, dire tout haut ce que les gens pensent tout bas et agir.   

 

Vous en avez peur, vous avez raison, un jour ou l’autre vous allez nous entrainer dans le chaos, et vous en serez les responsables, Messieurs qu’on nomme grands !    

 

 

 

Roland Pietrini  

 

 

 

 

 



01/11/2018
25 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 898 autres membres