ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Syrie/Russie

Les navires de guerre russes ont fait une escale au port syrien de Tartous en janvier pour se réapprovisionner, a déclaré mercredi le chef d'Etat-major général des Forces armées russes Nikolaï Makarov à l'issue d'une réunion du Conseil Russie-OTAN à Bruxelles.

"Cette mission d'entraînement n'a rien à avoir avec la situation au Proche-Orient. Les navires russes quitteront prochainement la Méditerranée. Ils ont fait une escale à Tartous pour se réapprovisionner et réaliser des travaux de maintenance, parce que ce port abrite la seule base navale de la Marine russe dans cette région", a indiqué le général Makarov devant les journalistes.

"Le groupe conduit par le porte-avions Admiral Kouznetsov comprend huit bâtiments de guerre et navires d'appui", a-t-il rappelé.

Début janvier, l'agence syrienne d'information Sana a qualifié de "signe de solidarité avec le peuple syrien" l'arrivée de bâtiments de la Marine russe dans le port de Tartous.

 

Au cours d'une conférence de presse à Moscou, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a averti que la Russie, opposée à toute sanction et intervention extérieure en Syrie, était prête à user de son droit de veto en tant que membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU.

"Nous ne soutiendrons aucune sanction" contre Damas, a déclaré M. Lavrov, ajoutant que tout Etat qui souhaite une intervention militaire en Syrie ne recevrait "aucun mandat du Conseil de sécurité de l'ONU".

En conséquence, la Russie bloquera toute proposition visant à recourir à une intervention militaire en Syrie, a prévenu M. Lavrov, alors que la politique étrangère russe devient selon les analystes plus intransigeante à l'approche de la présidentielle de mars et le retour attendu de Vladimir Poutine au Kremlin.

Si des Etats veulent "à tout prix recourir à la force, il est peu probable que nous puissions nous y opposer. Mais que cela reste à leur propre initiative et relève de leur conscience. Ils n'auront aucun mandat du Conseil de sécurité de l'ONU", a ajouté M. Lavrov.

 

Commentaire

 

C'est un fait, la Russie ne se fera pas "avoir" par l'ONU et certaines puissances occidentales sur le problème Syrien. La Syrie n'est pas la Lybie...L'allié traditionnel de Damas est donc déterminé à protéger ses intérèts. M. Lavrov a indiqué que la Russie n'avait pas à s'expliquer sur la livraison récente à la Syrie d'une "cargaison dangereuse" à bord d'un bateau qui, selon les médias russes, aurait pu transporter jusqu'à 60 tonnes d'armes et d'équipements militaires.

"Nous ne jugeons pas nécessaire de nous expliquer ou de nous justifier parce que nous ne violons aucun accord international, aucune résolution du Conseil de sécurité de l'ONU. Nous vendons à la Syrie ce qui n'est pas interdit par le droit international", a lancé M. Lavrov, dont le pays est le premier fournisseur d'armes à Damas.

 
 


18/01/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 983 autres membres