ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos d'un livre. Berlin.. Suite

Une fois de plus, même s’il y a des outrances on ne peut que se féliciter des débats qui son ouverts et qui font si cruellement défauts ailleurs. Pour avoir parcouru quelques blogs similaires et la pauvreté de leurs commentaires, je constate, que la qualité des échanges est ici bien réelle et je crois que cela fait évoluer la réflexion de tous. On ne peut simplement que mesurer, mais est-ce une découverte, que  certains ont des idées préconçues. Mais  comment leur en vouloir ? En tout cas je n’aime pas le mépris à leur égard.  Cela mesure simplement la pauvreté de la formation militaire en matière d’histoire. Tout le monde ne peut être saint Cyrien, et même si cela était, il resterait à constater la différence culturelle  des uns par rapport aux autres. La passion et l’intérêt  pour l’histoire, en particulier pour l’histoire militaire sont avant tout une volonté d’autodidacte.

 

Je regrette simplement, pour ceux qui semblent si férus de leurs certitudes, qu’ils ne signent de leur nom.. Cela permettrait de ce mieux connaître ?  Nous ne vivons pas sous un régime –sans ouvrir de nouvelles polémiques- stalinien, à ce que je sache.

 

Pour revenir sur une certitude largement diffusée dans les Etats-Majors et notamment français, dans les années 80 : - La puissance militaire soviétique est un leurre, ou bien, la valeur d’un char se mesure à la valeur de son équipage, ou bien, ils seront incapables d’atteindre le Rhin- Etc.. Permettez que j’émette quelques réserves. Ils n’ont ni les uns, respirés l’odeur des convois en RDA, ni les autres  mesurés et pris en compte la réalité de leur puissance.. Il faut prendre en compte, la pauvreté de l’exploitation du renseignement de l’époque. J’invite ceux qui le souhaitent à en débattre avec moi ailleurs,  Ils sauront où me trouver.. Quant à l’effondrement de l’empire soviétique celui-ci est le résultat, en effet de   la déliquescence du système, de son incapacité à suivre la course aux armements initiée par Reagan, la fameuse guerre des étoiles, qui ne fût qu’un leurre.. D’une catastrophe majeure « Tchernobyl », qui révéla à l’homo-sovieticus la gravité de la situation, celle d’un système ne pouvant générer que des erreurs et des catastrophes. Quant à l’affaire Farewell, elle fût l’une des causes de la prise de conscience qu’une perestroïka et une glasnost devenaient indispensables.. L’histoire montre désormais qu’une réforme basée sur la prise en compte de la vérité intervenait  bien trop tard.     L’effondrement est un effondrement politique et sociétal, une prise de conscience générale par les élites que le  système ne pourrait plus  survivre an l’état et s’adapter à la révolution de l’information. Ce qu’à fait la Chine l’URSS ne pouvait le faire.  C’est  cet effondrement  qui a entraîné la destruction momentanée du système  militaire, et non l’inverse.. Incidemment, on ne peut que constater que cette armée rouge est restée fidèle  et disciplinée. Elle le fût dans son autodestruction comme elle l’aurait été dans sa marche en avant. Son retrait fût un drame pour ses cadres. Mais n’oublions jamais, que nous sommes passés très près d’une confrontation majeure en Europe  à la fin des années 70,  avec l’affaire des Euromissiles, l’état de siège en Pologne et l’invasion de l’Afghanistan. Une poignée d’homme peut en témoigner, ils parlent dans deux films : Les sentinelles de la guerre froide, et Les missions de Potsdam.. Bonne Année à Tous.

 

 

 



29/12/2009

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 923 autres membres