ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos d'une Photo

Je ne peux comme français, comme officier et comme commandant des forces terrestres accepter que la FNAC prime une photo abjecte.

D'un côté je vois l'image du Président de la République s'inclinant devant des soldats français tombés au champ d'honneur en Afghanistan, ramenés en France dans les plis du drapeau français, de l'autre une photo primée par la FNAC, montrant un français « se torchant » dans les plis du même drapeau.

Je considère que cette photo de la FNAC est une insulte à la France, au Président de la République, chef des armées et à la mémoire de nos soldats et de leur sacrifice.

Cela n'est certainement pas le bon moyen de mobiliser nos concitoyens quand des fils de France meurent dans un silence étourdissant et une indifférence quasi générale.

J'ose espérer qu'une réaction aux plus hauts niveaux de notre institution (PR,MINDEF, CEMA) a été initiée, tant sur un plan judiciaire que par le biais d'une déclaration formelle aux médias. Si tel n'était pas le cas, je n'exclus pas l'hypothèse d'une action personnelle. Général LECERF



LES FAITS:

Métro France

La photo polémique, scannée depuis l'édition locale du journal Métro France.

La photographie visée, publiée en une de l'édition locale du journal Métro, faisait partie des "coups de coeur" du jury d'un concours photographique organisé par la Fnac de Nice le 6 mars, et a été publiée en tant que telle dans un journal gratuit le 19 mars. Trois thèmes étaient proposés à l'imagination des photographes amateurs, dont celui du "politiquement incorrect".



MA RÉACTION:


J'ai, comme beaucoup de citoyens faisant partie du microcosme militaire d'active ou de réserve,  reçu le message du général Lecerf titré par son auteur de l'Honneur à l'Infamie.. Avec tout le respect que je lui dois, et qu'il me pardonne, mais je comprends sa réaction,   je trouve la juxtaposition des 3 photos,  celles du président de la république s'inclinant sur les cercueils de nos camarades morts au combat et celle de cet imbécile se torchant littéralement le C. avec le drapeau français déplacée et choquante, si c'est le but à atteindre, je pense alors que le choix qui est fait est hasardeux, pour deux raisons au moins. La première est que  ces deux actes ne se situent pas sur le même plan, et les mettre en parallèle peut brouiller le message qu'il convient de faire passer, celui du simple mépris. La seconde raison est que les militaires ne doivent pas être les seuls à se scandaliser d'une telle photo « artistique ».. Dans certaines circonstances il vaut mieux agir dans l'ombre plutôt que dans la lumière..Réagir en ligue de vertu et seuls nous enferme dans un ghetto regrettable.  Simple stratégie de communication.. Je me souviens  de ces quelques bérets rouges caricaturaux face à Serge Gainsbourg qui avait osé  orchestrer la Marseillaise en reggae.. Qu'en retenons-nous aujourd'hui, où se situait le ridicule ? 

 

Mobiliser nos citoyens, c'est communiquer sur les vrais enjeux de notre monde, c'est faire en sorte que notre histoire soit enseignée dans nos écoles en libérant la parole et les faits, c'est accepter la richesse de la différence, c'est montrer que le mot patrie a encore un sens et c'est enseigner au jeune ce que représente un drapeau.. Je suis  en total accord avec vous JDM, laissons  la responsabilité de cette initiative idiote à leurs auteurs et à leur acteur, sans quoi chaque jour il faudra monter au créneau pour dénoncer nos outrances collectives et la destruction de nos valeurs.. Le chantier est immense mais restons cohérents, montrons l'exemple  et commençons nous-mêmes à ne pas détruire nos engagements  ceux de liberté, d'égalité et de fraternité.. Et ridiculisons le ridicule en méprisant l'outrance, parfois il vaut mieux savoir se taire sur l'ignominie et ne pas réagir aux provocations  imbéciles. Ce concours car il s'agit d'une photo réalisée dans le cadre d'un concours dont le thème  était le politiquement incorrect,  je l'espère a du montrer  d'autres photos,  celles de femmes en burka, pas ici mais en Afghanistan au Pakistan ou ailleurs crevant en couche,  comme des bêtes  ou d'autres tabassées, humiliées.. Des enfants de 12 ans en Inde dans les mines, un clochard qui crève seul au soleil, ou un otage exécuté par des assassins.. 

 



05/05/2010

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 923 autres membres