ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de chiffres

Quelle magnifique démonstration de votre précédent post sur "des guerres, de l'idée qu'on s'en fait".. "Pourquoi une telle confusion sur ces questions ? Parce que le filtre de l’idéologie a marqué notre mémoire », Cette phrase, votre phrase JDM,  est trop belle pour ne pas la reprendre.  Chacun dans cet épisode dramatique de la débâcle s’est forgé une image, selon sa sensibilité, et les chiffres n’y changeront rien. Les commentaires sont à cet égard  parlant. Le consensus n’existe pas, les blessures morales et la honte de la défaite sont,  dans la mémoire collective encore profondes, le jugement de l’envahisseur allemand ne peut être objectif, pas plus que celui du mythe de notre résistance. Les  mille victoires  n’ont jamais existé, la libération de Paris  par les Parisiens en armes non plus,  pas plus qu’une résistance qui n’aurait été que communiste, il fallait bien cela pour  faire passer la question du pacte germano-soviétique …L’histoire est celle d’une vérité chaque fois revisitée pour la satisfaction  du peuple ou l’intérêt des gouvernants. . Des outrances de la description du boche d’avant 1914 à celle des révolutionnaires libérateurs des peuples opprimés sous le joug  d’affreux colonialistes qui n’auraient été qu’uniquement des exploiteurs,  en passant par le mythe de notre soi-disant supériorité culturelle et morale, les exemples du politiquement correct et du discours conformiste abondent.. Ce politiquement correct est inconstant, évolutif, fluctuant en fonction de l’actualité et des peurs collectives, et certains ont tout intérêt à entretenir  l’illusion et l’à peu près.   Il est relativement difficile de se faire  une opinion indépendante des idéologies en vogue.   La  seule et unique contrainte qui vaille la peine, est  celle de la liberté de penser dans le respect des autres. Les chiffres ne sont que des éléments de référence utiles, mais restent insuffisants, pour expliquer à eux seuls l’histoire. La réalité des faits est plus complexe et  est souvent différente de celle qui est perçue par ceux qui en ont été les acteurs. Alors 355 avions allemands abattus ou 1000, quelle importance ? Puisque de toute façon la défaite fût au bout du chemin et que le sacrifice de ceux qui se sont sacrifiés au combat reste le même. Ces  différences de chiffre ne démontrent rien, sinon que la manipulation, l’omission, la dissimulation  et la propagande font partie comme aujourd’hui des outils de la communication.. Vous souvenez-vous il n’y pas si longtemps des discours de BUSH et de Tony BLAIR sur les armes de destruction massive soi disant détenues par les Irakiens ?…..



04/04/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 995 autres membres