ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de coopération avec la Russie

 

Trois informations concernant des coopérations industrielles peu médiatisées me font réagir. Elles sont à mettre en relation avec la suppression de 25000 postes dans les armées. Information toute aussi mal-traitée dans les médias, et les chaînes de télévision qui abordent la loi de programmation et le budget de la défense uniquement par le biais des conséquences économiques locales, en faisant fi de la macroéconomie, des conséquences humaines et de l’affaiblissement de notre défense. La logique comptable est devenue la seule référence, au mépris de la réalité des besoins et des menaces.  Les investissements qui pourraient être éminemment productifs pour notre sécurité,  le maintien de l’outil de défense, notre place sur l’échiquier international et notre capacité de recherche, sont drastiquement réduits au nom d’une économie illusoire. N’en doutons pas cela n’est qu’une étape, il y aura d’autres  coupes sombres. Le seuil de non-retour est atteint.   

 

 

En premier, Uralvagonzavod et le groupe français Sagem vont coopérer pour la construction de  véhicules de combat. C’est ce qu’a annoncé mercredi à Nijni Taguil Oleg Sienko, directeur général du holding russe.

Selon lui, les sociétés russe et française coopèrent sur les dispositifs terrestres, les viseurs et les systèmes de surveillance. 

"A mon avis, nous créerons le premier lot de véhicules de combat en 2013", a ajouté le responsable.

Uralvagonzavod et la société française ont également progressé dans la modernisation et la commercialisation de matériels.

Renault Trucks Defense  s’est allié quant à lui au constructeur Ural Vago Zavod (UZV), qui produit notamment le char T-90, afin de développer en commun l’Atom, un véhicule blindé 8×8 destiné à remplacer les BTR-80 actuellement en service au sein des forces armées russes.

 

atom-20130928.jpg
ATOM

 

Dans un communiqué, RTD précise que ce partenariat a été lancé en février 2013, à l’occasion du salon IDEX, aux Emirats arabes unis. Les  deux industriels ont présenté l’Atom lors de l’exposition Russian Expo Arms, à Nijni Taguil.

Ce nouveau véhicule blindé appartient à la classe des 30 tonnes. Il se déclinera en plusieurs versions : transport de troupes, avec une capacité de 10 soldats et 2 hommes d’équipage ainsi qu’une tourelle de 12,7 mm, combat d’infanterie (7+3 et une tourelle télé-opérée de 57 mm), artillerie (mortier de 120mm), ambulance, dépannage ou encore police. Selon les modèles, il pourra être amphibie et aérotransportable via Illouchine Il-76. Le concept semble se rapprocher plutôt de celui du VBMR qui prend du plomb dans l’aile en terme de délai et de coût compte tenu de la moi de programmation

 

D’autre part, Kamov, société de la holding Hélicoptères de Russie et Sagem (groupe Safran) vont mettre en synergie leurs complémentarités technologiques et industrielles en proposant une version améliorée du Ka-52 Alligator destinée à répondre aux besoins de plusieurs pays. 

Cette coopération dans le domaine des hélicoptères contribue à la stratégie de Sagem consistant à établir des partenariats industriels durables avec les sociétés russes leaders sur leur secteur. 

Dans cette coopération, Sagem apportera son expérience acquise avec le viseur le Strix en production pour l’hélicoptère de combat Franco-allemand Tigre.

 

 

La coopération avec la Russie est une piste majeure qu’il ne faut pas négliger pour notre industrie de l’armement, terriblement touchée par un manque de vision à long terme et une restriction drastique des commandes. L’impéritie de nos gouvernants en matière de politique internationale et de défense est telle, que de nombreuses difficultés surgiront avec la Russie qui est désormais en position de force. Au nom d’un discours politiquement correct et faussement respectueux des droits humains, certains bien-pensants dénonceront une telle politique de coopération.. La Russie est, qu’on le veuille ou non, une grande puissance d’avenir aux ressources immenses.   La gauche mollassonne, inexpérimentée, incohérente et revancharde pense donner des leçons à une puissance qui ne respecte pas, certes,  les critères démocratiques  édictés par une France qui désormais ne peut grand-chose et n’est un modèle pour personne, tant elle a choisi la voie de l’affaiblissement et du renoncement.

 

La dernière idée de notre inénarrable ministre des affaires étrangères Laurent Fabius est celle de  proposer une réforme du droit de veto au sein du Conseil de sécurité de l'ONU, prônant la renonciation à un tel droit en cas de "crime de masse". Voilà donc la France qui se tire une balle dans le pied.. Ainsi nous serions les seuls à renoncer à un droit qui fait encore de nous une  grande nation ?  Décidément l’échec des vas-t’en guerre gauchos-bobos semble avoir traumatisé nos penseurs au point qu’ils sont prêts à brader ce qui nous reste. Ne nous y trompons pas nous aurons en cette perspective plus à perdre qu’à gagner.

 

Mais, on ne change pas une équipe qui gagne, qui gagne  de jour en jour la mésestime de nos concitoyens. Réponse lors des prochaines élections.

 

Source Sagem – Ria Novosti – RTD  à lire aussi d’autres informations sur OPEX360

 



04/10/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 881 autres membres