ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

A propos de l'armée de terre, du lourd et du léger et de quelques autres réflexions.

Puisque la tendance est de construire  des véhicules de plus en plus léger pour sans cesse les alourdir afin de protéger les équipages contre les IED et autres menaces, puisque le fantassin souple et manœuvrier est devenue une image du passé, puisque le renforcement de la protection est devenu le credo, ce qui paradoxalement rend plus vulnérable, puisque le léger est devenu lourd, nous sommes arrivés au bout de la logique comme le pense le général Desportes reconverti comme conseiller chez Panhard, « la surprotection et le surpoids deviennent contre productifs » je rajouterais que la sophistication poussée en son extrême et souvent inutile, a fait exploser les coûts au détriment du nombre..

 

Ce discours fallacieux largement répandu  dans les années 80: « nous avons la qualité, ils ont le nombre »  ce discours souvent commis par des "spécialistes" n’ayant qu’une vague connaissance des réalités observées à l’EST,  ce discours était inexact et nous sommes encore un certain nombre à pouvoir en témoigner. Ils avaient le nombre, pas toujours la qualité, mais certainement la rusticité, que nous  avons peu à peu perdu.. Face à ces forces de l’Est,  nous avons gagné une guerre que nous n’avons fort heureusement  pas faite… Et les raisons de cette victoire sans combat que j’ai décrite par
ailleurs en filigrane, dans mon livre VOSTOK, en apportent témoignage. Cette rusticité que les Russes possèdent, cette culture que nous possédions aussi,  nous l’avons progressivement bradée, sous la pression, il faut bien le dire, de lobby militaro-industriels au  nom d’un modernisme pas toujours justifié, et pour faire comme les autres..

 

Pour ce qui concerne  notre équilibre entre les blindés dits lourds et ceux réputés comme légers, (AMX30B2, et les autres, la Sagaie qui a rempli son rôle en Afrique au-delà des espérances, l’AMX 10RC  qui est un concept après l’EBR qui avait 30 ans d’avance, puis VAB et VBL),  il fallait, après la chute de l’union soviétique et les bouleversements géopolitiques qui en furent la conséquence, réfléchir à ce que l’on pouvait conserver comme moyens,  tout en faisant une véritable et sincère révolution afin de créer de réelles structures  tactiques interarmes et pousser les GTIA dans une logique de bataillons cohérents structurés et non pas de circonstances.. Nous avons au contraire, crée de véritables usines à gaz pour préserver le sacro-saint esprit d’arme, dont tout le monde se fout désormais..
Les régiments étant devenus des coquilles vides,  réservoirs à prestation de services, sans que les personnels puissent réellement servir les matériels qu’ils sont sensés servir et...connaitre.. Ainsi  nous avons une artillerie sans canons, une cavalerie sans blindés.

 

Quant au cas particulier du Leclerc,celui-ci est arrivé après une bataille qui n’a pas eu lieu,  non seulement les premières versions ne seront pas rétrofitées  et 82 exactement sont en vente sur un marché qui n'en veut pas.. Il ne restera donc sur la première cible de 4 régiments à 52, probablement deux régiments à 40… Bref de quoi assurer quelques défilés du 14 juillet..  Il faut dire qu’en 1979 la cible était de 1200, ramené à 800, puis à 460, pour finir à 96…  Trop sophistiqué, trop cher, trop bien. le must du must, sauf qu'Il avait 10 ans d’avance sur les chars de l’OTAN et qu'il est  arrivé avec 15 ans de retard, pour un conflit en Europe, fort heureusement, qui ne s'est pas produit. 

 

Pourtant je persiste à croire qu’il faut maintenir en état, les derniers que l’on possède, avec des équipages entrainés et dans des structrures capables de mener un combat soit de masse toute relative soit en appui de l'infanterie,   et arrèter le projet dispendieux de ‘l’adapter au combat en ZUB ( Zone urbaine).  

 

40 AMX 30 B2 suffiraient d'ailleurs,  à maintenir une force blindée adaptée à ce combat particulier.. Et pourtant un autre programme, indispensable celui-là, est en cours. Ce programme qui n’ira probablement pas à son terme comme tous les autres, baptisé Scorpion qui je le rappelle : Devait, en son  étape 1, s’achever en 2021 et qui prévoyait la livraison de  près d'un millier de véhicules blindés multirôles (VBMR); d’environ 70 engins blindés de reconnaissance et de combat (EBRC)  et qui incluait la rénovation d’une partie du parc de chars Leclerc, ainsi que la finalité du système d'information et de combat Scorpion (SICS), et des kits de numérisation associés est très mal parti, compte tenu des économies à venir, qui ne sont que des dépenses supplémentaires à devenir. L’objectif était de constituer progressivement 18 GTIA (groupement tactique interarmes ) Scorpion, intégrés et numérisés, entre 2014 et 2020.

 

Le futur livre blanc, ne sera, je le crains, qu’un recueil de constats sans suite sur les menaces d’un monde qui échappe désormais à toute logique. Surtout si les éminents membres qui composeront la commission d’étude sont convaincus par avance, qu’il vaut mieux de nouveau diminuer le format afin de l’adapter à des engagements qu’ils jugeront définitivement non conventionnels.. Or,  nous sommes loin d’être certain que dans un avenir prévisible, nous ne soyons pas obligés à engager des moyens dits classiques..

 

Ceux qui ont tendance à croire que l’utilisation des troupes au sol est désormais proscrite, font une impasse coupable.. Les Britanniques, avant les Malouines, avaient supprimé une partie de leur flotte et une grande partie de leurs moyens de projection..Ils ont paye cher leur erreur.

 

Réduire de nouveau notre format sous prétexte de mutualisation de certains de moyens au niveau européen, prétexte qui sera avec mauvaise foi évoqué, c'est reproduire la même erreur que les Etats européens ont commis en créant l’Euro sans créer de réelle gouvernance commune.. Une défense commune avec des intérêts non convergents revient à confier ce qui reste de notre puissance et de notre influence mondiale à peau de chagrin.. Or, notre pays est le seul en Europe à posséder des intérêts sur toutes les mers du globe.. Notre souveraineté s’étend de la méditerranée à l’océan indien.. Et nous regardons cette richesse le cul sur notre chaise et les yeux fixés sur notre nombril.. Honte aux politiques incapables de fixer un cap, de mobiliser notre jeunesse pour un avenir  meilleur.. 

 
Nous risquons de payer très cher notre disparition désormais programmée de la scène internationale.. En l’occurrence le discours du Premier ministre dans ce domaine est d’un vide sidéral.. Quant au président Hollande il est tellement normal, que je crains qu’il ne pèse  pas suffisamment  sur le plan international afin que la  France ne devienne pas un pays normal parmi les autres.. Nous avons de réels soucis à nous faire.

 

 

 



03/07/2012

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 941 autres membres