ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Grand remplacement ou basculement démographique. Un discours et des actes.

la seine saint denis.jpg
Aujourd'hui en France

 

 

C’est Jean-Luc Mélenchon qui l’affirme, « en 2050 la France sera créolisée », le métissage, la règle, la substitution d’une culture par une autre, dont personne ne peut en imaginer le contenu, donnera à à notre nation une couleur nouvelle.

 

Si on se projette un peu plus loin, vers 2100, l’Europe en tant que telle aura disparu.

La fachosphère, à laquelle j’appartiens, j’accepte ce qualificatif, puisque quoi que nous disions et quoi que nous fassions, nous en sommes qualifiés, préfère utiliser le terme de grand remplacement.

 

Pour ma part, je préfère utiliser le mot de déculturation et indiquer qu’en 2050, ou même avant, la France aura perdu son identité culturelle, faute d’avoir su la défendre et la transmettre, en donnant le pouvoir, depuis 40 ans, aux destructeurs de notre civilisation européenne avec une France, plus qu’ailleurs, soumise au diktat de la gauchosphère. Nous sommes dans une guerre civilisationnelle.

 

Nous avons adopté leur vocabulaire, la gauchosphère a imposé son système de pensée et tout en phagocytant la droite, a totalement perverti la gauche, l’écologie politique n’étant qu’un arme nouvelle pour détruire ce qui subsiste de nos valeurs en les inversant.    

La créolisation, il faut se méfier de ce mot qui a pour but de donner une image moins angoissante de ce phénomène inéluctable, alors que le grand remplacement a au moins le mérite de prendre en compte la poussée démographique des immigrés.

 

 

L’Insee donne des chiffres qui ne peuvent être contestés : en 2020, 6,8 millions d'immigrés vivent en France, soit 10,2 % de la population totale. 2,5 millions d'immigrés, soit 36 % d'entre eux, ont acquis la nationalité française.

 

La population étrangère vivant en France s'élève à 5,1 millions de personnes, soit 7,6 % de la population totale. Elle se compose de 4,3 millions d'immigrés n'ayant pas acquis la nationalité française et de 0,8 million de personnes nées en France de nationalité étrangère.

 

1,7 million de personnes sont nées de nationalité française à l'étranger. Avec les personnes immigrées (6,8 millions), au total, 8,5 millions de personnes vivant en France sont nées à l'étranger, soit 12,7 % de la population.

 

Mais ce qui est beaucoup plus inquiétant est que certains territoires ne sont plus européens mais sont à plus de 70% de culture arabo-musulmane et africaine où la loi de la République ne peut plus s’appliquer, faisant ainsi exploser notre modèle d’intégration.

 

Par ailleurs, la population immigrée en France progresse en effectif et en pourcentage de la population totale depuis 1946. Elle correspond à 10,2 % de la population vivant en France en 2020, contre 7,4 % en 1975 et 5 % en 1946.

 

Il n’est nul besoin d’avoir fait de longues études en statistiques pour imaginer une courbe exponentielle. Il est déjà trop tard.

 

Jusqu’au milieu des années 1970, les flux d’immigration étaient majoritairement masculins, comblant les besoins de main-d’œuvre nés de la reconstruction d’après-guerre, puis de la période des Trente Glorieuses. En 1974, dans un contexte économique dégradé, un frein est mis à l'immigration de travail et l’immigration familiale se développe. Depuis cette date, la part des femmes dans les flux d'immigration est croissante, qu'il s'agisse de regroupement familial ou non. En 2020, 52 % des immigrés sont des femmes, contre 44 % en 1975 et 45 % en 1946.  

 

La démographie des immigrés est donc condamnée à exploser suivant une loi naturelle, les femmes immigrées culturellement font plus d’enfants que les européennes et aussi des Françaises, suivant ainsi des concepts culturels ancrés renforcés par un accès généreux aux aides sociales et aux allocations familiales.  

 

En moyenne, quatre immigrés entrent sur le territoire lorsqu’un en sort et encore, il s’agit d’étudiants retournant dans leur pays après leurs études.   Ces chiffres ne tiennent pas compte des illégaux, personne aujourd’hui n’est capable d’en donner un.

 

Aujourd’hui, c’est un fait,   personne n’est capable de savoir combien  d’individus vivent réellement sur le sol français. C’est un comble !   

 

Ce constat est désormais impossible à contester. C’est pourquoi, j’attire l’attention sur l’urgence d’un moratoire sur l’immigration, sur une réforme des règles d’accueil et du droit du sol, une véritable politique de raccompagnement à la frontière des illégaux en faisant dépendre l’aide au développement à la volonté des pays à reprendre leurs ressortissants. Dans la perspective des présidentielles, il est nécessaire de changer de discours et de donner une réponse politique réaliste à la hauteur des enjeux. C’est de notre survie dont il s’agit !   

 

Roland Pietrini



29/08/2021
36 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1268 autres membres