ATHENA-DEFENSE

ATHENA-DEFENSE

Suite du meutre des soldats français

Un retrait précipité apparaît fortement compliqué à organiser sur le plan logistique. A moins de laisser sur place ou de détruire une part très importante de matériel. Un millier de conteneur 20 pieds, 80M€ pour les seuls vols d’AN 124, un millier de VAB etc..

Economiquement, la France n'a toujours pas débarqué en Afghanistan, contrairement aux principaux contributeurs de l'ISAF qui, comme en Bosnie, au Kosovo, ont amené dans leurs valises des hommes d'affaires déguisés en réservistes. Comme toujours on est largement derrière nos alliés, qui eux ne signent aucun accord bidon.. Quant à la diaspora afghane,  elle hésite, entre particper à la reconstruction de leur pays pour le sortir  du moyen-âge ou sortir son fric du pays, avant que les talibans ne s'en saisissent. Nous sommes loin des années 80 où les french doctors faisait le job de la DGSE. Les liens culturels risquent de disparaître tout autant  que le lycée français reconstruit à peine. Un peu d’histoire : «  Au début du XXème siècle, l'Afghanistan entre dans le courant moderniste qui traverse alors tout le monde arabo-musulman. Mahmoud tarzi, en exil depuis 1880 à Damas et Istanbul, rejoint Kaboul en 1904 où il développe ces idées nouvelles. En 1904, le roi Habibullah (1901-1919) crée l'école Habibia: des maîtres musulmans, indiens et turcs ottomans, enseignent des disciplines scientifiques et des langues étrangères. C'est le début d'un enseignement de type occidental. La première école militaire et l'école normale d'instituteurs ouvrent en 1914. En 1922, le roi Amanullah, à l'instigation de Mahmoud Tarzi, devenu son ministre des Affaires Etrangères, confie à la France la direction pédagogique d'un établissement pilote, l'école Amaniya, où le français est utilisé comme langue véhiculaire pour l'apprentissage des disciplines scientifiques. Le lycée est terminé en 1973 et inauguré en 1974. A cette date, l'établissement compte 2 383 élèves et 31 professeurs français. A partir de 1985, durant le régime communiste afghan, les relations franco-afghanes sont suspendues.

Puis, à l'époque des Talibans, le lycée est en partie détruit: il n'y a plus de meubles, les matières sont changées, il n'y a plus de professeurs français. Les Français sont partis en 1985 et les professeurs afghans du lycée ont quitté le pays pour rejoindre le Pakistan, l'Iran, les Etats-Unis et d'autres pays étrangers.  Après la fin du régime des Talibans, la reconstruction commence en janvier 2002. Elle a dure trois mois. Le lycée a de nouveau ouvert ses portes le 22 mars 2002, le premier jour de l'année Afghane. Après dix-sept ans, le symbole de l'amitié franco-afghane est ainsi réapparu. » Extrait de la présentation sur le site du lycée français de Kaboul.



20/01/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 983 autres membres